Actu du moment

Par Admin site

Comité Social et Économique Central
du 18 octobre 2022

Un mépris des agents, de leur quotidien et de la
réalité de leurs besoins pour bien travailler

  • En préambule de la séance, la CGT, le SNA et la CFE-CGC sont intervenus sur le projet de déménagement provisoire (2025-2028) de la succursale de Paris-Bastille à Paris La Courneuve. Les agents sont fortement opposés au projet dans sa forme actuelle et font des propositions alternatives que la Direction doit écouter et prendre en compte !
    Plan stratégique 2024 : au mépris des agents et des missions qu’ils assument, avec un quart d’effectif supprimé et une perte de salaire de 17%, « Construire ensemble 2024 » aurait dû s’intituler « Continuer seul, contre tous, le saccage » … La CGT se bat au quotidien contre la mise en œuvre de ce plan dont l’unique objectif est de baisser la masse salariale. Au siège, par exemple, le directeur de la sécurité a lui-même reconnu en commission paritaire que la cible de 35 pompiers était insuffisante compte tenu des enjeux de sécurité du site : il faut absolument augmenter les cibles !
    La CGT revendique que les effectifs nécessaires au bon accomplissement des missions soient déterminés au plus près des services, avec les élus des CSE.
  • Nouvelle Direction Générale du Fiduciaire : Sans doute pour remercier M. LACOURREGE pour bons et loyaux services (au détriment des agents), le Gouverneur a décidé de lui constituer une nouvelle direction de 1200 agents : la DGF. Celle-ci rassemblera dès janvier 2023 la Fabrication des billets (imprimerie et papeterie), la Direction des Affaires Fiduciaires, les centres de tri de billets des Hauts de France (CEFINOF) et de Paris La Courneuve (PLC). De l’aveu même de nos dirigeants, cette nouvelle direction ne changera rien aux activités des agents. En revanche, ils en profitent pour créer un CSE rassemblant l’ensemble des salariés de la DGF. Conséquences : les élus du personnel seront éloignés comme jamais des agents qu’ils sont censés représenter. Ceci est inacceptable. C’est la proximité qui fait la force des élus et donc des salariés qu’ils représentent !
    La CGT revendique des périmètres de CSE permettant une action des élus au plus près des collègues pour défendre leurs intérêts et leurs droits ou pour la gestion des activités sociales et culturelles. Nous demandons la création d’un CSE à Paris La Courneuve ainsi que le maintien des périmètres des CSE de Chamalières, du centre administratif de Poitiers et des Haut de France incluant le CEFINOF.
  • Dispositif de reconnaissance des experts : la Direction montre encore une fois qu’elle n’imagine pas de carrières réussies autres que par les parcours managériaux. Au mépris des employés-ouvriers et des agents de maîtrise qui ne pourront pas accéder au statut d’expert même avec des formations certifiantes, et au mépris de la majorité des cadres, la Direction affiche sa volonté de favoriser les plus importantes rémunérations ! Le dispositif prévoit en effet que seuls les cadres supérieurs auront droit à une augmentation de salaire pérenne avec l’obtention du Niveau 7, les rares autres élus devant se contenter de primes. Le processus de reconnaissance est par ailleurs contraignant, avec un passage devant un panel d’experts tous les trois ans, dont certains seraient externes à la Banque… La Direction propose une fois de plus l’arbitraire patronal au lieu de mettre en place des critères objectifs.
    La CGT revendique une véritable reconnaissance du travail des expertes et des experts, de leur investissement professionnel et de leurs qualifications, par l’attribution pérenne de points d’indice, quelle que soit leur catégorie.
  • Suivi des données individuelles des agents affectés à la plateforme THESEE : au mépris des agents soumis à un simulacre de consultation sous menaces de retour aux horaires fixes, après une mise en application chaotique de l’accueil téléphonique dans les régions, voici la mise en place précipitée du suivi des données individuelles, véritable flicage organisé de l’activité des agents de la plateforme. L’organisation du travail n’est pourtant pas stabilisée et ces contrôles individuels seront très mal vécus.
    La CGT revendique la stabilisation des organisations du travail et le bilan des pratiques actuelles. Les désagréments imposés aux agents du réseau, notamment via la signature des nouveaux protocoles horaires, ne se justifient pas au regard de l’activité réelle. Le temps n’est pas à la mise en place d’outils de contrôle !
  • Plan de sobriété énergétique : au mépris des conditions de travail des agents, avec 19° dans les bureaux et le déploiement du « flex-office », la Direction veut économiser 10% d’énergie en deux ans ! Pourtant, l’isolation de nombreux locaux est insuffisante et la qualité des matériaux utilisés pour les rénovations est souvent médiocre, malgré des coûts de travaux prohibitifs… Quant aux climatiseurs cet été, beaucoup étaient impossibles à régler…
    La CGT revendique un vaste plan de travaux, tenant compte de l’avis des salariés et des enjeux environnementaux (matériaux biosourcés, bâtiments passifs), et un niveau de chauffage respectant le ressenti des agents au lieu de l’idée ridicule de la Direction de « faire de petits exercices physiques au bureau » à 19°!
  • Négociations salariales : au mépris des agents et de l’intersyndicale qui les représente, le Gouverneur a refusé une dernière séance demandée en sa présence. Les pertes de pouvoir d’achat sont pourtant indéniables, avec une inflation galopante (6% en 2022) projetée entre 5 et 7% pour 2023 par la Banque de France elle-même !
    La CGT revendique l’augmentation des salaires et des pensions a minima à hauteur de l’inflation avec rattrapage partiel du gel passé du point d’indice, c’est-à-dire au moins 6% supplémentaires à la Banque dès le 1er Janvier 2022. Il faut que le Gouverneur rouvre des négociations salariales sur 2022 et que celles de 2023 débutent dès Janvier 2023, avec des mesures fortes sur les salaires mais aussi sur les carrières, fortement impactées depuis les dernières réformes !

You may also like

mentions legales